01 novembre 2016

Gérard Genette, Palimpsestes, 1982.

Qui efface doit bien récrire...

Posté par estompeur à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 septembre 2016

Fernando Pessoa, Le Livre de l'intranquillité.

Tout ce que l'homme expose ou exprime est une note en marge d'un texte totalement effacé. 

Posté par estompeur à 03:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 septembre 2016

Marcel Proust, à propos de Baudelaire, 1921.

S'étendant à autre chose qu'aux lesbiennes, il ne les exclut pas puisqu'elles sont essentiellement, selon la conception esthétique et morale, des Fleurs du Mal. Comment a-t-il pu s'intéresser si particulièrement aux lesbiennes que d'aller jusqu'à vouloir donner leur nom à tout son splendide ouvrage?

Posté par estompeur à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 août 2016

Charles Baudelaire, Conseils aux jeunes littérateurs, 1846.

E. Delacroix me disait un jour : "L'art est une chose si idéale et si fugitive, que les outils ne sont jamais assez propres, ni les moyens assez expéditifs." Il en est de même de la littérature ; -je ne suis donc pas partisan de la rature ;  elle trouble le miroir de la pensée.

Posté par estompeur à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2015

Marcel Proust, Le temps retrouvé

... les apparences qu'on observe ont besoin d'être traduites et souvent lues à rebours et péniblement déchiffrées. (...)  c'est la marche en sens contraire, le retour au profondeurs...

Posté par estompeur à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 septembre 2015

Roland Barthes, Cy Twombly ou "Non multa sed multum"

... cela s'efface peu à peu, s'estompe, tout en gardant la délicate salissure du coup de gomme : la main a tracé quelque chose...

Posté par estompeur à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2015

Paul Celan, Le Méridien, 1960.

Parvenu à la fin, je suis au commencement de nouveau.

Posté par estompeur à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2015

Sophocle

Le temps, qui veille à tout, a donné la solution malgré toi.

Posté par estompeur à 06:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2015

Patrick Modiano, Discours de réception du prix Nobel, 7 décembre 2014, Stockholm.

Mais c’est sans doute la vocation du romancier, devant cette grande page blanche de l’oubli, de faire ressurgir quelques mots à moitié effacés, comme ces icebergs perdus qui dérivent à la surface de l’océan.

Posté par estompeur à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2014

Jacques Rancière, Mallarmé, La Politique de la sirène, 1996.

Mallarmé, qui voit cette belle conciliation encore loin devant nous peint et efface à la fois, dans le gris-bleu-rose du symbole, l'or des matins à venir.

Posté par estompeur à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]